Pourquoi et comment se former à Drupal ?

Pourquoi ?

J’ai la chance d’avoir la double casquette de chef de projet et formateur Drupal.

J’ai pu constater “de visu” les dégâts que peuvent faire de mauvaises pratiques sur un développement Drupal.

Par exemple, j’ai du intervenir en tant que consultant sur un projet ou l’on me demandait comment rajouter une fonctionnalité au site. Tout naturellement, j’ai conseillé d’installer un module (la manière de choisir ou pas un module est un autre sujet) qui répondait suffisamment bien à la demande. Mais là, je me suis rendu compte que le reste du site était développé de manière “non drupaliene” et que le module ne serait pas compatible avec le site.

Il ne faut pas sous-estimer la réticence des développeurs à apprendre un nouveau framework :

  • d’abord c’est un effort considérable, un investissement, qui n’est pas toujours perçu comme rentable (à juste titre parfois);
  • ensuite, il y a les goûts et les couleurs. Les choix techniques d’un framework ne sont pas toujours parfait, ni bien justifiés;
  • connaître une API c’est une chose, mais connaître les limites d’un framework, savoir contourner et anticiper les problèmes, ça demande énormément d’expérience, voire de la passion. C’est parfois plus simple de développer les choses soi même;
  • parfois aussi, Drupal n’est pas le meilleur choix, et le développeur en connaît un plus efficace (tout du moins partiellement, mais ça peut être suffisant pour ne pas avoir envie de s’investir)

Donc, les développeurs se forment parfois à contre-coeur, ou mal, ou n’ont pas le temps de le faire correctement. En tant que formateur, il faut en tenir compte. Les conséquences de l’absence de formation sont parfois (souvent) bien plus importantes que les 3 jours qu’on “perds” à les suivre.

Le ROI d’une formation sur un produit comme Drupal est très rapide.

Comment ?

Le rôle d’un formateur est multiple, mais en premier lieu il s’agit de :

  • s’assurer que tous les concepts de bases sont assimilés
  • donner un maximum d’autonomie aux stagiaires

Il faut donc une pédagogie adaptée à ce contexte (ce sera l’objet d’un prochain article – notez qu’il risque d’y avoir des bouleversement pour Drupal 8 qui sera assez différent à enseigner). Il faut être capable d’expliquer les forces et faiblesses de Drupal, et l’intérêt de s’investir dedans. Mais il faut surtout être capable de transmettre, non pas un maximum d’informations, mais un maximum de savoir-faire !

C’est pareil dans tous les domaines. Dans le bâtiment, ce qui à de la valeur, ce n’est pas de montrer comment jeter du crépît sur un mûr et passer la taloche dessus. Ce qui à de la valeur, c’est le petit geste qu’on à mis des années à affiner et qui fait qu’on se fatigue moins, qu’on est plus précis, et au final, qu’on travaille 2X plus vite qu’un débutant. Ce n’est pas la proportion théorique de sable / ciment / eau qu’il faut pour faire du béton, mais le coup d’oeil dans la bétonnière pour savoir s’il est suffisamment gras ou pas.

Tous les développeurs savent lire et peuvent de débrouiller avec une documentation, ou un “Pro Drupal Developpment“. Le formateur doit être capable d’aller à l’essentiel, de faire le tri dans la masse d’informations pour ne retenir que les plus pertinentes. Un formateur doit donc proposer une plus-value réelle.

Pour cela, il n’y a pas 10 000 solutions : il doit s’adapter à ses stagiaires. Mes formations ne sont jamais les même, car j’élabore le programme en amont, mais aussi pendant la formation, pour coller au mieux au besoin réel. Avec des programmeurs expérimentés on va pouvoir aller dans sujets plus ardus que les API de base, ou bien, je leur tends des pièges ou leur proposes défis afin de toujours les maintenir en tension, et intéressés, de sorte qu’ils en retirent un maximum de choses (quelque soit leur niveau initial).

Une formation n’est pas un bourrage de crâne d’une liste, la plus longue possible, d’API à connaître par coeur. C’est tout l’inverse. Il s’agit d’expliquer comment Drupal est construit autour de concepts imbriqués les uns les autres et de leurs variantes. Comme ça, quand le développeur est face à une situation qu’il ne connaît pas, il sait s’orienter et trouver des solutions par lui même.

D’une certaine manière, on peut dire qu’une formation ne sert pas à savoir écrire du code, mais à le lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam